CÔTE D’IVOIRE : La Banque mondiale finance la promotion de l’emploi

Lecteur Audio

L’Etat de Côte d’Ivoire et la Banque mondiale ont signé le mercredi 14 juillet dernier à l’issue d’une séance de travail à la primature entre le Premier ministre, Patrick Achi et le directeur général des opérations de la Banque mondiale, Axel van Trotsenburg deux importantes conventions pour promouvoir l’emploi en Côte d’Ivoire. Le coût total de cet appui s’élève à 200 millions de dollars soit 110,5 milliards FCFA.

Dans le souci, de faire face à l’employabilité des jeunes en Côte d’Ivoire et améliorer la condition de vie de milliers de famille qui ploient sous le poids de la pauvreté, le Premier ministre ivoirien, Patrick Achi et le directeur général des opérations de la Banque mondiale, Axel van Trotsenburg ont signé successivement deux conventions dans la matinée du mercredi 14 juillet dernier.

La première convention porte sur un projet de promotion des chaînes de valeur compétitives pour l’emploi et la transformation économique (PCCET) et la seconde intitulée ‘’accords de projets’’. Tandis que la seconde signée entre la Banque mondiale et la Caisse de dépôts de consignations de Côte d’Ivoire, selon le Premier ministre ivoirien vise à assurer le financement à long terme de l’économie de façon durable.

Le premier ministre Patrick Achi a invité toutes les parties impliquées au projet à se mettre au travail avant de préciser que ces accords visent la transformation économique notamment par l’augmentation de la productivité par la diversification, l’accroissement des investisseurs nationaux et internationaux, la compétitivité des chaînes de valeurs et l’accès des Petites et moyennes entreprises ivoiriennes aux marchés.

Le directeur général des opérations de la Banque mondiale quant à lui, a réitéré le soutien de son institution à la mise en œuvre du programme de développement “Vision 2030” de la Côte d’Ivoire et dans la transformation structurelle de son économie. « J’ai échangé avec le Premier Ministre sur l’Etat des relations entre la Côte d’Ivoire et la Banque mondiale. Je peux vous le confirmer, nous avons des relations de longue date qui sont excellentes. Aujourd’hui, nous avons signé un accord de 200 millions de dollars qui vise à promouvoir l’emploi. Nous voulons accompagner activement la Côte d’Ivoire dans la mise en œuvre du programme présidentiel ‘’Vision 2030’’, en vue de la transformation structurelle du pays » a soutenu Axel Van Trotsenburg.

Par ailleurs, pour le Premier Ivoirien, Patrick Achi, afin de maximiser les effets de cette croissance, « la Côte d’Ivoire devra créer davantage d’emplois de meilleure qualité et plus productifs, notamment dans le secteur de l’agriculture et dans l’agro-industrie, au profit des femmes et des jeunes.»Toute chose qui justifie selon lui, cet appui financier de la Banque mondiale.

Notons que la Côte d’Ivoire enregistre 1 375 000 ménages supplémentaires qui sont passés sous le seuil de pauvreté suite à la crise sanitaire du Covid-19 en Côte d’Ivoire, selon une étude réalisée par le gouvernement ivoirien à travers l’Institut national de la statistique (INS) avec l’appui du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD, aussi, la pandémie mondiale a engendré des pertes de revenus importantes pour les ménages (71% selon la BM) et le secteur informel.

La signature des deux conventions visant singulièrement la promotion de l’emploi en Côte d’Ivoire, intervient dans le cadre de la volonté du Gouvernement du Premier ministre Patrick Achi à accélérer les projets d’investissements en lien avec le Plan National de Développement 2021-2025 autour de trois axes fondamentaux : le développement du secteur privé, l’accélération de la transformation structurelle de l’économie, le développement du capital humain et la promotion de l’emploi.  

Toutefois, les appuis financiers sous forme de prêts des institutions de Breetton Woods aux Etats africains qui peinent à réaliser « leur décollage » économique ne sont-elles pas aussi des causes profondes du sous développement criard des Etats africains ?

Il faut rappeler que l’encours de la dette publique ivoirienne a franchi la barre de 17 000 milliards FCFA fin mars 2021 pour s’établir à 17 676,1 milliards FCFA contre 13 993 milliards FCFA à la même période de l’année précédente, soit une augmentation de +26,32% (+3 683,1 milliards FCFA), selon les chiffres officiels du ministère de l’économie et des Finances.

La promotion de l’emploi en Côte d’Ivoire, est elle inéluctablement liée à un appui financier des institutions de Bretton Woods ?

Adingra OSSEI

5/5 - (1 vote)
Partager:

Laisser un commentaire