Côte d’Ivoire – Grosse colère contre la vie chère : Menace de “Ville morte” sur tout le territoire national le vendredi 15 avril 2022

Lecteur Audio

Abidjan le 6 avril 2022,

par Denzel Bereby

Le constat que fait l’Ong Action citoyenne ivoirienne de la gestion du régime Ouattara des prix pratiqués sur les différents marchés du pays est amer. Lisons plutôt : « Le Ministre en charge du commerce ne répond pas à nos courriers ; nous sommes exclus des rencontres visant la recherche de solutions et les propositions que nous faisons malgré cela ne sont pas prises en compte ; Notre requête de rencontrer le Président de la République n’a pas eu de suite ; les mesures prises le 09 mars 2022 ne répondent pas aux attentes des ivoiriens qui veulent des mesures qui se ressentent dans le panier de la ménagère ; les prix n’ont pas été diminués avant d’être plafonnés, et certains produits comme la tomate concentrée, le lait et les pâtes alimentaires ont même connu une hausse après le 09 mars». A cause de tout ça et pour bien d’autres raisons fâcheuses, se faisant la Porte-parole du Comité Action Citoyenne contre la vie chère (ACV), la présidente de l’Ong Alternative citoyenne ivoirienne (ACI), Mme Pulchérie Gbalet appelle « Ivoiriens et Ivoiriennes» à la mobilisation générale, contre la hausse des prix des denrées et produits de grandes consommation en Côte d’Ivoire.

Dans une déclaration dont la rédaction d’akondanews.net a reçue copie, la femme leader de la société civile ivoirienne s’est élevée contre que «la cherté de la vie a atteint une proportion intenable pour tous les citoyens, depuis les loyers jusqu’à l’assiette, en passant par le carburant et la santé» A déclaré d’entrée de jeu la porte-parole et présidente de l’ACI. Avant de faire cet état des lieux. En effet, depuis le 30 juin 2021, ACI avait tenu une conférence de presse pour dénoncer la cherté de la vie, les institutions budgétivores et bien d’autres problèmes contextuels. Suite à cette conférence,

Le chef du gouvernement ivoirien Patrick Achi visitant un marché pour s’imprégner des prix

le Premier Ministre s’est rendu sur le marché d’Adjamé pour faire le constat par lui-même. Après cela il a pris des mesures qui ont été inopérantes. C’est ainsi qu’une deuxième vague de flambée des prix s’est déclenchée en ce début d’année 2022. Nous avons encore une fois protesté et nous avons assisté à un ballet des membres du gouvernement dans les «garbadromes» et supermarchés, à l’issu duquel nous avons été servis en sorties méprisantes dans le genre de “allez faire vos achats dans les supermarchés qui sont moins chers que les marchés”. Nous avons dénoncé cette attitude méprisante face à la souffrance des populations. Ensuite le vendredi 04 mars 2022, le Ministère du commerce et de l’industrie a proposé des mesures qui ont été entérinées en conseil des ministres du 09 mars 2022, par la prise de plusieurs décrets. Avant et après le 09 mars, nous avons réagi de plusieurs manières, mais deux activités méritent d’être relevées.
En accord avec la Fédération Nationale des acteurs du Commerce de CI, FENACCI, le mardi 02 mars nous avons produit une déclaration commune pour demander au Chef de l’Etat de nous rencontrer pour que nous lui fassions part de nos propositions. Ensuite le 30 mars, nous avons organisé des assises sur la cherté de la vie pour partager sur nos réalités et faire des propositions à travers un livre blanc qui sera transmis au Chef de l’Etat sous dizaine. A déploré la présidente de l’Action citoyenne ivoirienne, Pulchérie Gbalet. Après avoir dénoncé les «sorties méprisantes» des membres du gouvernement ivoirien, elle n’a pas manqué de rendre un vibrant hommage à Farikou Soumahoro le président de l’Association des commerçants de Côte d’Ivoire, pour «ses qualités d’écoute et le sens de l’intérêt général» contrairement à bon nombre «des cadres du RHDP», Mme Gbalet a révélé l’information selon laquelle « un Libre blanc sera déposé sous dizaine». Après considération des points cités ci-dessus, « ajoutés à la mauvaise gestion du Gouvernement qui prend plusieurs décisions impopulaires tendant à accroître le chômage sans consulter les acteurs des secteurs concernés, tel que le décret réglementant les activités des VTC», ACI décide de prendre le taureau par les cornes. « Nous, le Comité Action Citoyenne pour la lutte contre la vie chère, demandons à tous les Ivoiriens d’observer une ville morte sur tout le territoire nationale le vendredi 15 avril 2022». Toutes les personnes qui trouvent exagérée la hausse des prix des denrées et produits de grande consommation devraient se senti concernées.

hausse des prix de denrées

En tout cas, «Si tu es excédé par la flambée des prix et le mépris du Gouvernement, reste chez toi le 15 avril ! Si tu veux des solutions concrètes qui fassent de la baisse des prix une réalité, reste chez toi le 15 avril 2022. Si tu veux que les coûts des loyers soient maîtrisés, reste chez toi le 15 avril 2022. Si tu es d’accord que la cherté de la vie est généralisée et qu’elle est une affaire de tous, reste chez toi le 15 avril 2022». Incite le communiqué de presse dans lequel Gbalet Pulchérie dit aux «Citoyens, citoyennes, il est temps pour nous d’arrêter de subir pour réagir. Le respect de ce mot d’ordre de protestation pacifique traduira ta volonté de voir le Gouvernement écouter les propositions du peuple. Nous en appelons donc à la responsabilité de tous les habitants de la Côte d’Ivoire». Profitant, l’ACI étend son appel à tous « les fonctionnaires et tous les syndicats à s’approprier ce mot d’ordre. Nous invitons les commerçants et particulièrement la FENACCI à observer ce mot d’ordre. Nous appelons tous les consommateurs qui sont d’abord des Citoyens à être solidaires de ce mot d’ordre. Nous prenons toute la communauté nationale et internationale à témoin face au refus du Gouvernement de recevoir ceux qui disposent de propositions réalistes pour une résolution définitive et durable de ce problème de flambée de prix. Levons-nous pour notre pays et changeons les choses pendant qu’il est encore temps». Les heures qui viennent s’annoncent donc chaudes si du moins le gouvernement Ouattara continue ses “sorties méprisantes” à l’égard des populations et des consommateurs ivoiriens. Notons que cette déclaration est co-signée par le COPAVIL (Pour le mouvement la voix d’Eburnie) et le Mouvement des Nouveaux Majeurs (MNM).

Akondanews.net
Denzel Bereby

Votez ce post
Partager:

Laisser un commentaire