Côte d’Ivoire/Filière mangue/Korhogo : le BDEx et l’Inter-Mangue forment aux bonnes pratiques pour une campagne 2022 réussie

Lecteur Audio

La 3e étape de la formation au conditionnement des mangues, gestion et contrôle de qualité s’est achevée ce mercredi 16 février 2022, à Korhogo, en présence d’une centaine d’acteurs de la filière mangue venues de Boundiali, de Tingréla et de Korhogo.

Initiée par l’Inter-Mangue (Interprofession de la Mangue en Côte d’Ivoire) et financée par le BDEx (Fédération allemande du commerce d’exportation), cette formation a permis aux étudiants de l’Université Péléron Gon de Korhogo et aux professionnels du secteur d’être instruits sur la gestion et le contrôle qualité des produits.

Le formateur, Dr Zoué Lessoy Thierry, enseignant-chercheur (Université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan), a saisi l’occasion pour attirer l’attention des participants sur les obstacles qui pourrait entraver une campagne de production de la mangue en mars prochain. Ce sont, dira ce spécialiste en agroalimentaire, des défauts liés au conditionnement à savoir des défauts physiologiques (immaturité ou maturité avancée de la mangue), des défauts d’ordre physique (taches, hors calibre, blessures, déformation) et défauts phytosanitaires (piqûres de mouches, charançon du noyau de la mangue) et les défauts de manutention (les ongles mal entretenus, les caisses cassées, mauvais état des routes, coulure des sèves).

Après avoir établi une cartographie des défauts, Dr Zoué Lessoy Thierry a invité les différents acteurs à la maitrise de ce talon d’Achille pour une campagne de la mangue 2022 réussie et avec zéro rejet des mangues ivoiriennes sur les marchés internationaux.

Tel est le souhait manifesté depuis l’Allemagne par Knud Schneider du BDEx pour qui, la recherche de la qualité doit être le maître mot ou le credo des acteurs ivoiriens de la filière mangue. « Vous avez participé à une formation qui a pour objectif de vous transmettre le savoir pour éviter les rejets de mangues en produisant la qualité. La gestion de la qualité est finalement importante pour augmenter les revenus issus de votre activité et à long terme contribuer à la fidélisation de vos clients », a conseillé Knud Schneider, consultant au BDEx.

Au nom d’Inter-Mangue, Abbé Philippe a traduit sa profonde gratitude à son partenaire financier, le BDEx, pour le financement de la formation. Il a, par ailleurs, présenté l’objectif poursuivi en initiant cet atelier de renforcement de ses pairs. « Pour nous, la formation des acteurs est la seule façon de faire de la formation continue qui vise pédagogiquement à rafraîchir la mémoire aux travailleurs et qui leur permet chaque fois de faire les bonnes pratiques agricoles et de partager leurs expériences », a clarifié, le trésorier général d’Inter-Mangue.

Venu spécialement du département de Boundiali, dans la région de la Bagoué, Dagnogo Dior, chef de production de la fruitière de la Bagoué, n’a pas tari d’éloges pour apprécier à sa juste valeur cette formation. « Cette formation est la bienvenue puisque nous ne sommes loin de la campagne de la mangue. On aura à former nos collaborateurs alors si on a déjà des techniques de renforcement de la qualité et de l’hygiène, cela pourrait nous aider à former une main d’oeuvre qualifiée. De retour à l’unité de séchage, en tant que chef de production, je serai à mesure de transmettre les connaissances acquises à mes collaborateurs », a rassuré le chef de l’unité de séchage de Boundiali.

La formation à la gestion et au contrôle qualité a successivement été dispensée les 14, 15 et 16 février 2022 aux acteurs opérationnels de la filière mangue à savoir les techniciens de récolte, les trieuses, les chefs de production et les producteurs. Elle a respectivement sillonné  les villes de Ferké (région du Tchologo), de Sinématiali et Korhogo (région du Poro).

Patrick KROU, envoyé spécial à Korhogo

akondanews.net

Votez ce post
Partager:

Laisser un commentaire