Coopération : Le climat se détériore entre la France et l’Algérie

Lecteur Audio

Alger vient de prendre une série de mesures à l’encontre de Paris, suite à la décision de la France de réduire le nombre de visas de moitié aux ressortissants algériens et à la dernière déclaration du Président Emmanuel Macron.

Ces décisions ciblent aussi Paris dans le cadre de la crise qui oppose l’Algérie au Maroc et dans laquelle est impliqué son ancien colonisateur.

Le rapprochement Rabat-Tel-Aviv est considéré par Alger comme une menace potentielle pour sa sécurité et sa stabilité. Le typhon provoqué par la salve tirée par l’Algérie en direction du Maroc et de la France, cible en particulier Israël qui est le destinataire principal de cette mise en garde sévère. Une belle façon de signifier à Tel-Aviv que l’armée et la diplomatie algérienne ne reculeront devant rien.

Par ailleurs, les  autorités françaises sont soupçonnées de soutenir ouvertement le mouvement séparatiste de Ferhat Mehenni, bien qu’il soit classé comme une organisation terroriste en Algérie, et sont accusées d’abriter des cybers agitateurs qui seraient pris en charge par les services secrets français, lesquels leur assureraient une protection et les encourageraient à entreprendre leurs menées subversives.

Plus loin, la réduction du nombre de visas aux ressortissants algériens, en contrepartie de l’acceptation par l’Algérie du refoulement de quelques sept mille (7 000) sans-papiers, a été considérée comme une mesure disproportionnée par le ministère des Affaires étrangères. Et la déclaration du Président Macron est venue détériorer les relations déjà fragiles et émaillées de plusieurs rappels à l’ordre qui remontent au début de la contestation populaire pacifique en Algérie, dans laquelle la France s’est immiscée de manière ostentatoire. «On voit que le système algérien est fatigué, le Hirak l’a fragilisé. J’ai un bon dialogue avec le Président Tebboune, mais je vois qu’il est pris dans un système qui est très dur», déclarait le Président français lors d’un café.

A titre de riposte, le gouvernement algérien vient d’interdire le survol de son territoire aux appareils militaires français. Avant cela, il y a eu le rappel de l’ambassadeur d’Algérie en France ainsi que l’interdiction de l’espace aérien algérien aux aéronefs battant pavillon marocain ou immatriculés au Maroc et d’une manœuvre maritime d’envergure dans les eaux territoriales ouest du pays.

A tout ceci, il faut ajouter l’intention de l’Algérie de réduire, de façon drastique, ses liens commerciaux d’avec la France. A travers ces mesures, l’Algérie veut signifier au chef d’État français et à son gouvernement qu’elle est en position de force et qu’elle ne craint aucune contre-mesure de la part des Français.

La crise entre les deux pays semble avoir atteint son paroxysme et l’Algérie  décide aujourd’hui de crever l’abcès en remettant la France à sa place. Comme pour dire «l’époque coloniale est révolue, à nous de gérer nos propres affaires». Des incidents qui remettent au goût du jour le débat sur le rapport de force entre les Occidentaux et les pays dits en voie de développement.

Sur cette question, seul l’avenir nous fixera.

Yves Modeste Ngue

Votez ce post
Partager:

Avis sur “Coopération : Le climat se détériore entre la France et l’Algérie

Laisser un commentaire