Congo-B: Dix ans après l’explosion de Mpila, de nombreux sinistrés attendent toujours l’aide promise

Lecteur Audio

Brazzaville, le 04/03/2022.Dix ans après l’explosion de Mpila, qui fut un quartier du 1er  régiment blindé des Forces armées de la république du Congo, arrondissement de Ouenza, de nombreux sinistrés attendent toujours réparations. Le 4 mars 2012, le quartier Mpila à l’est de Brazzaville était soufflé par des explosions qui ont fait près de 300 morts, plus de 3 000 blessés dont 114 invalides, sans compter les 17 000 sans-abris dont la plupart n’ont toujours pas trouvé un logement décent.

Paul est un sinistré de Mpila. Avant l’explosion, il vivait avec sa famille dans une maison de plusieurs pièces. Il n’en reste qu’un pan de mur fendillé où sont attachées des cornes de buffles. Depuis, il a bâti un hangar pour blottir les siens : << Ça fait quand même mal, dit-il. On est obligé de rester (dans ces conditions) jusqu’à la réparation. C’est déplorable parce que lorsqu’il y a des intempéries, ça suinte un peu partout. On n’est pas habitué (à cette vie). Je suis venu à Brazzaville en 1969 et je n’avais jamais connu un hangar. Je l’ai connu juste après le 4 mars 2021. C’est compliqué >>, se plaint ce chef de famille.
Pas de toiture, ni porte, ni fenêtre, en plus le hangar de Paul est au pied de la maison d’un niveau appartenant à un voisin. Cette bâtisse détruite par les explosions ressemble à la plupart des maisons du quartier qui attendent d’être réparées. Défenseur des droits de l’homme, Trésor Nzila pense que l’État a trop traîné pour reloger dignement les sinistrés de Mpila : << Dix ans après, le gouvernement congolais est incapable de trouver une réponse durable et satisfaisante à la situation du 4 mars. Nous comprenons que les priorités sont ailleurs >>, dénonce-t-il.

les decombres après l´explosions du magasin des munitions de Mpila

Au titre de l’année 2022, l’État a prévu de débourser six milliards de francs CFA, contre un milliard l’an dernier. Une goutte d’eau dans l’océan pour le Collectif des sinistrés qui estime toutes les réparations à 233 milliards. Bruno Ossété préside le Collectif des sinistrés de Mpila, il se bat depuis la catastrophe pour que l’Etat verse ces fonds. << Cela a été pénible. Il y a beaucoup de gens qui ont perdu leur vie parce qu’ils ont perdu en fait leur dignité. Quelqu’un qui s’est retrouvé en train de squatter chez un cousin, chez un ami ne peut pas squatter chez quelqu’un pendant plus de dix ans ! Là, le moral est généralement atteint et ça a été très pénible. Après une discussion assez franche avec le gouvernement, il y a eu des résolutions qui ont donc été prises concernant les six milliards qui avaient été prévus par le gouvernement sur l’année 2022 >>. Aller jusqu’au bout du paiement
<< Il faut se dire, poursuit Bruno Ossété, qu’il y a autour de 11 000 parcelles impactées, donc les sommes données sont assez dérisoires. Et justice ne sera rendue que lorsqu’on aura payé de manière définitive tout le dossier. Parce que quand on paye, là on ne paye pas tout le monde. Donc, il faut plutôt maintenir le rythme de payer pour que l’espoir renaisse et également qu’on aille jusqu’au bout du paiement >> . En 2013, six militaires ont été condamnés pour << incendie volontaire et atteinte à la sûreté de l’État >>.

Raphael LUMOO
Akondanews.net

Votez ce post
Partager:

Laisser un commentaire

Traduire»