Chronique: Pourquoi la colère de Poutine ?

Lecteur Audio

Entre Poutine et l’UE, un bras de fer s’est déclenché ? A l’origine, les accords non signés entre Gorbatchev sont restés dans les tiroirs. Appelant toujours les concernés, personne n’a voulu écouté Poutine. Cela a suscité une colère noire de sa part. Récit des faits.

D’abord, il convient de situer les choses dans leur contexte. Pourquoi cette guerre ? Les occidentaux auraient-ils donné des assurances à Gorbatchev selon lesquelles l’Alliance atlantique n’allait pas s’élargir à l’Est ? Cette question agite les esprits tant à l’Est qu’à l’Ouest après des années. Elle a connu un nouveau regain avec la publication récente d’une étude, fortement sollicitée et commentée, de l’historien Mark Kramer, intitulé « le mythe dans  une promesse de non élargissement de l’OTAN ».

Comme on le déduit du titre, l’auteur cherche à démontrer que les documents qu’il qualifie de « déclassifiés » prônent qu’il n’y aurait pas eu de promesse faite à Gorbatchev en ce qui concerne le futur non-élargissement de l’OTAN à l’Est et que l’élargissement selon lequel il y’aurait eu un tel engagement est donc manifestement faux. L’argumentation de Marx Kramer nous amène à nous interroger sur l’urgence de cette guerre en Ukraine. Des promesses faites à Gorbatchev n’ont pas été respectées. A force de répétition, le mythe d’une promesse violée en ce qui concerne l’élargissement de l’OTAN est devenu un mythe fondateur de la politique étrangère de la fédération russe non actuelle.

Le 9 Février 1990, Gorbatchev rencontre le secrétaire d’Etat américain, James Baker, au Kremlin. Au cours d’une discussion étendue, Baker demande : « Je veux vous poser une question à laquelle vous n’êtes pas obligé de répondre maintenant. En supposant que l’unification de l’atlantique ait lieu, qu’est ce qui est préférable pour vous : une Allemagne unifiée en dehors de l’OTAN, entièrement indépendante. La version russe dit, sans troupes américaines ou bien une Allemagne unie, qui maintient les liens avec l’OTAN, mais avec la garantie que nie la juridiction, nie les troupes de l’OTAN ne s’étendront à l’Est de la ligne actuelle. Gorbatchev répond : « nous allons réfléchir à tout cela. Nous avons l’intention de discuter toutes ces questions au niveau de la direction. Il est entendu, c’est clair, que l’élargissement de la zone OTAN est inacceptable. Et Baker de répondre : « nous sommes d’accord avec cela ».

En fin de compte, la seule façon de sortir de l’impasse dans laquelle ce débat nous amène, c’est d’analyser de près le contexte historique dans lequel les discussions en question se sont déroulées. Comme point de départ, on pourrait affirmer que l’erreur de Gorbatchev, c’était de croire en des accords non signés, ce que Poutine a compris. Jusqu’à ce que l’Ukraine s’offusque de son territoire pour réclamer totalement son indépendance pour devenir autonome. Ce que ne veut pas entendre aujourd’hui, Poutine.

A cause des mauvais agissements de l’Ukraine, Poutine a appelé longtemps à des négociations, ce que l’Europe a refusé. Etant entendu que l’ukraine est considérée comme faisant partie du territoire de la Russie.

Mapote Gaye

Akondanews.net

Votez ce post
Partager:

Laisser un commentaire