CAN 2002: L’Egypte crucifie le Cameroun en demi-finale et attend le Sénégal

Lecteur Audio

Les pharaons d’Egypte ont battu ce jeudi soir, dans un match plaisant et époustouflant les lions indomptables du Cameroun aux bouts des tirs aux buts, brisant ainsi le rêve tant caressé de milliers de camerounais qui aux regards de la prestation de leur onze national, inscrivaient déjà en lettres d’or dans l’histoire du foot-ball camérounais une énième étoile continentale.

C’est une équipe du Cameroun dominante de bout en bout avec son intrépide buteur-capitaine Vincent Aboubakar qui a été freinée en demi-finale par une impressionnante équipe de l’Egypte, bien en place et tactiquement au point avec son meneur Mohamed Salah.

Très disputée, la rencontre s’est achevée sur un score vierge avant de laisser place aux tirs aux buts qui ont effondré les Lions indomptables du Cameroun qui bénéficiait pour la circonstance du soutien de ses supporters au stade Olembé.

A l’épreuve des tirs aux buts, l’équipe égyptienne, plus habile que les camerounais a réussi à scorer trois tirs contre un pour le Cameroun (3-1). Une fois de plus, Gabasky, le portier égyptien a fait montre de ses qualités d’excellent rempart dans les perches en brisant la série de victoires du Cameroun dans la CAN Totalenergie.

On ne peut plus confiant de sa victoire au cours de cette CAN, le Cameroun est redescendu sur terre pour se contenter la mort dans l’âme de la petite finale, pour une éventuelle troisième place ce soir contre la sélection du Burkina-Faso.

Justifiant l’échec de son équipe du fait d’un excès d’individualisme, Vincent Aboubakar n’a pas hésité à affirmer que « Chaque fois qu’on joue collectivement, on gagne. Chaque fois que chacun essaye de faire ce qu’il veut, on passe à côté. Le résultat est là aujourd’hui. C’est ça le problème. Chacun pense à lui et ça nique tout, malheureusement, c’est ça. »

Pour l’heure, les spéculations vont bon train et le fair play semble avoir été relégué aux calendres grecs par certains supporters déchainés et incontrôlables aussi bien dans les stades que sur les réseaux sociaux.

La tension encore lourde entre la Côte d’Ivoire et le Cameroun après l’élimination des uns et des autres par les mêmes  pharaons d’Egypte,  a laissé place à des injures, railleries et scènes aux antipodes du « sportivement correct ».

L’annulation de la conférence de presse du ministre ivoirien François- Albert Amichia, président du Cocan 2023, ce vendredi 4 février en terre camerounaise, pour dit-on pas nécessaire en raisons des tensions fortement lourdes entre les deux pays, interpelle chacun des acteurs politiques et sportifs à œuvrer pour un retour au calme avant la grande fête du foot-ball africain prévu en 2023 aux bords de la lagune ébrié.

Adingra OSSEI

Votez ce post
Partager:

Laisser un commentaire