Bolloré : au parfum d’un scandale de corruption

Lecteur Audio

Le groupe Bolloré, leader du transport et de la logistique sur le continent africain, a annoncé être parvenu à un accord avec l’armateur italo-suisse (MSC (Méditerranéen Shipping Compagny) jeudi 31 mars 2022. Le montant de la vente s’élève à 5,7 milliards d’euros et concerne un large réseau de concessions portuaires, d’entrepôts et de hubs routiers et ferroviaires en Afrique. Toutefois, faut-il noter que ce groupe est aujourd’hui, au cœur d’un parfum de scandale de corruption au Togo et en Guinée.

Le réseau du groupe Bolloré Africa Logistics est très étendu. Il est présent dans plus de vingt pays sur le continent et gère des terminaux à conteneurs d’Abidjan, en côte d’Ivoire, à Pointe Noire, au Congo-Brazzaville, en passant par Douala, au Cameroun. Le groupe emploie 20.000 personnes et a d’ailleurs vu ses revenus bondir de 8% en 2021 pour atteindre les 2,2 milliards d’euros. Cette annonce de vente intervient à toute fin de la période de négociations exclusives prévues entre le groupe Bolloré et MSC. L’exclusivité accordée au groupe italo-suisse, un géant mondial du transport par conteneur, mettait de côté d’autres acheteurs potentiels jusqu’au 31 mars, date de l’annonce de l’accord de vente. L’acheteur MSC, méditerranéen Shipping Company, est basé à Genève, propriété d’une famille italienne. Le groupe a notamment des activités dans les croisières touristiques. Avec plus de 100.000 employés, MSC gère déjà des terminaux portuaires à Singapour, Rotterdam et Long Beach en Californie. Un poids lourd du secteur qui va donc dessiner un nouveau paysage portuaire En Afrique. Qui y va gagner, qui y va perdre entre Lomé, où il était déjà présent, Douala, Abidjan, Dakar, Luanda et bien d’autres, dans un contexte de dérèglement commercial mondial et de crise de l’approvisionnement liée à la guerre en Ukraine ? En tout cas, cette vente ne sera finalisée qu’à l’été 2023 et elle est soumise à l’obtention de certaines autorisations, notamment celle de l’autorité française de la concurrence, instance indépendante qui veille au respect des passations du marché. Mais aussi et surtout l’autorisation des pays où se trouvent les infrastructures du groupe. Il sied à noter que le groupe Bolloré très fructueux est confronté à des investissements de plus en plus coûteux et à une concurrence grandissante, celle des opérateurs chinois. Aussi, une vente avec un parfum de scandale, le groupe Bolloré se trouve au cœur d’une affaire de corruption au Togo et en Guinée pour laquelle le groupe a accepté de payer une amende de 12 millions d’euros à la justice française. Ledit groupe a aussi indiqué certaines de ses activités sur le continent africain, particulièrement via des investissements dans la communication, le divertissement ou encore l’édition.

Akondanews.net

Mapote Gaye

Votez ce post
Partager:

Laisser un commentaire