Blaise Compaoré en terrain conquis au Burkina-Faso ?

Lecteur Audio

Chassé du pouvoir par un soulèvement militaire et exilé en Côte d’Ivoire depuis 2014, l’ex président du Burkina Faso Blaise Compaoré est de retour à Ouagadougou depuis le 7 juillet dernier où il a été reçu par l’homme fort du pays le lieutenant-colonel Paul Henri  Damida au palais présidentiel de Kossyam.

Après huit années hors de sa patrie, c’est un Blaise Compaoré  qui visiblement fatigué et mal au point, qui a foulé le sol de l’aéroport de Ouagadougou dès l’atterrissage du grummann présidentiel ivoirien qui le transportait d’Abidjan à Ouagadoudou. Diversement perçue, sa présence alimente les débats dans le pays des hommes intègres, car nombreux sont les burkinabés qui exigent son arrestation hic et nunc car ayant été condamné le 6 avril 2022 par contumace à la prison à perpétuité, à l’issue d’un procès de six mois devant le tribunal militaire de Ouagadougou pour son rôle dans l’assassinat de son prédécesseur, compagnon d’arme Thomas Sankara, tandis que d’autres , évoquant la nécessité d’une réconciliation nationale pour trouver une solution efficace à la lutte contre le terrorisme qui ensanglante le pays depuis 2015, jugent impérieux que l’ex président du Burkina Faso bénéficie à titre exceptionnel d’une loi d’amnistie.

Thomas Sankara, né le 21 décembre 1949 à Yako en Haute-Volta et mort assassiné le 15 octobre 1987 à Ouagadougou au Burkina Faso, est unhomme d’État anti-impérialiste, révolutionnaire, socialiste

Si la thèse de vouloir créer une union sacré autour de sa personne pour sauver le Burkina-Faso semble être exacte, le chef de la transition militaire en place, le Lieutenant-colonel Paul Henri Damida a réussi à rassembler autour de lui le vendredi 8 juillet, au palais de Kossyam les anciens présidents Blaise Compaoré et Jean Baptiste Ouédrogo, Roch Marc Christian Kaboré  renversé par les putschistes qui ont porté au pouvoir le lieutenant-colonel Damiba, Isaac Zida et Michel Kafando étaient quant à eux absents à la rencontre de la « cohésion ».

Pour des raisons diverses, le Lieutenant-colonel Paul Henri Damida a tenté de justifier l’absence de ses prédécesseurs, l’ancien président Michel Kafando, n’a pu participer à la rencontre pour des raisons de santé, Yacouba Isaac Zida, exilé au Canada n’a pu effectuer le déplacement pour des raisons administratives, Roch Christian Kaboré, lui a été simplement empêché de s’y rendre par ses partisans présents à son domicile.

Pour le chef de la transition militaire au Burkina-Faso «cette rencontre a porté principalement sur la recherche d’une paix durable dans notre pays (…) Nous sommes convaincus que c’est seulement dans la cohésion sociale et dans l’unité que les forces qui combattent en ce moment même le terrorisme seront davantage déterminées et auront plus de succès », a-t-il  déclaré.

Plus loin, précisant davantage la portée de la rencontre, Paul-Henri Sandaogo Damiba a déclaré que «l’urgence de la préservation de l’existence de notre patrie commande une synergie d’actions qui ne nous autorise pas à nous donner le luxe de perdre le moindre temps dans la polémique».

Toutefois, la polémique enfle quant au sort de Blaise Compaoré qui pour certaines sources, séjournera brièvement dans le pays avant de rejoindre la Côte d’Ivoire, son pays d’exil. Le Conseil Supérieur de la Magistrature du pays, a dans un communiqué rendu public indiqué que « la poursuite de l’exécution du mandat d’arrêt décerné contre monsieur Blaise Compaoré relève légalement des attributions de la justice militaire » avant de poursuivre que « la loi met à la charge de l’exécutif le devoir d’apporter son concours pour l’exécution des décisions de justice et ne lui confère pas le pouvoir d’apprécier de l’opportunité de l’exécution desdites décisions. »

Déjà soupconné de faire le lit de l’ex président Blaise Compaoré, le Lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, réussira t-il à mettre à exécution la décision du Tribunal militaire de son pays condamnant  par contumace à perpétuité Blaise Compaoré ?

Que cache en réalité la tenue de la rencontre initiée par le chef de la transition militaire au Burkina-Faso ? Ets-ce un aveu d’échec à contrer la montée en puissance des djiadistes dans le pays ? Ou encore, favoriser crescendo le retour sécurisé de Blaise Compaoré, auteur de l’assassinat de Thomas Sankara ?

Rappelons que Blaise Compaoré, militaire de carrière, avait pris le pouvoir en 1987 lors d’un coup d’État au cours duquel Thomas Sankara, son frère d’arme et chef d’Etat d’alors  a été tué. Reconnu commanditaire de cet assassinat, la justice militaire du pays l’a condamné à perpétuité le 6 avril 2022.

Adingra OSSE, Correspondant

Akondanews.net

Votez ce post
Partager:

Laisser un commentaire