Banque: La BCEAO menace de sanctions le refus des billets ou pièces d’argent altérés

Lecteur Audio

Toute personne qui refuse de prendre un billet de banque ou une pièce d’argent ayant cours légal dans l’ensemble des pays de l’UEMOA est passible de poursuites pénales, fait savoir la BCEAO dans un communiqué, consulté par Akondanews.net.

Des opérateurs économiques refusent de prendre pour des motifs qui leur sont propres des billets de banque ou des pièces de monnaie. Face à ce comportement, la Banque centrale réagit.
“Tout refus d’acceptation d’un billet ou d’une pièce ayant cours légal et pouvoir libératoire dans un Etat membre de l’UEMOA constitue une infraction sanctionnée par les textes en vigueur” fait savoir la BCEAO, la banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest.

“La Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) rappelle au public que les billets et pièces de monnaie de son émission ont cours légal et pouvoir libératoire sur le territoire de l’ensemble des Etats membres de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA), c’est-à-dire au Bénin, au Burkina, en Côte d’Ivoire, en Guinée-Bissau, au Mali, au Niger, au Sénégal et au Togo” lit-on dans ce communiqué.

Face à cette recrudescence de refus de billets de banque ou de pièce d’argent, “(…) elle réaffirme qu’en vertu des textes en vigueur, ces billets et pièces doivent être obligatoirement acceptés comme moyens de paiement dans les transactions entre les agents économiques, notamment par les vendeurs de biens et services et les créanciers.”

“Par ailleurs, la Banque Centrale rappelle au public que les billets mutilés ou déchirés ainsi que les pièces de monnaie lisses ou altérées peuvent être échangés à ses guichets” indique la Banque centrale dans son communiqué.

Serge Kpan (Correspondant)
Akondanews.net

Votez ce post
Partager:

Laisser un commentaire

Traduire»