À qui profitent les déconstructions du Président Laurent Gbagbo et de la Première Dame Simone Ehivet Gbagbo ?

Lecteur Audio

En paraphrasant Karl Max et Friedrich Engel, j’écrirai: Un couple hante le Système, c’est le couple Laurent GBAGBO et Simone EHIVET GBAGBO. Tous se sont alliés pour que ce couple disparaisse le 11 avril 2011. Mais, n’ayant pu les tuer physiquement, puisqu’il (ce couple) a survécu a même remporté la victoire, le Système veut les effacer de nos mémoires collectives par leurs DÉCONSTRUCTIONS.

1. UN BREF RAPPEL.

Le suisse Bernard DESGAGNÉ dans sa chronique du 26 avril 2011, décrivant la période du 4 avril à l’arrestation du couple, le 11 avril 2011,  écrivit ceci: “Alassane Dramane OUATTARA a obtenu l’extirpation qu’il souhaitait, mais elle est loin d’avoir été chirurgicale et sans douleur. Son coup d’État à réussi non pas à cause des rebelles, mais bien grâce à l’armée française et aux mercenaires onusiens. La phase finale de la quête du pouvoir de M. OUATTARA se solde par un déluge de bombes, d’obus et de missiles français, la neutralisation des forces de l’ordre ivoirienne, la remise en liberté des centaines de criminels dans Abidjan, des pillages incessants, des millions de déplacés, des millions de personnes enfermées chez elles, sans nourriture, pendant plusieurs jours, des milliers de morts et de blessés parmi les civils ainsi que l’anéantissement de l’administration publique”.

C’est dans cette guerre contre la Côte d’Ivoire que ce couple survécut. Arrêtés, ils furent conduits dans des destinations différentes. Simone Gbagbo fut conduite à Odienné, en isolement et au secret, pendant des années. Puis, ce fut à l’école de la gendarmerie. Et le 12 février 2018, une rumeur annonçant sa mort se répandit. Elle fut libérée le 6 août 2018. Quant au président GBAGBO, il fut d’abord, conduit à Korhogo où il passa 8 mois au secret. Là-bas, ses avocats n’ont pu le rencontrer que 6 fois. Le 29 novembre 2011, il fut déporté à La Haye dans des conditions lamentables. Ce d’autant plus que, dans le document ICC-02/11-01/11 du 24 mai 2012, au point 206 de la page 50/79, Me Altit et le président GBAGBO se sont demandés, si au vu de la rapidité de la baisse de son énergie, il ne fut pas empoisonné ?

En l’envoyant à La Haye, c’était pour ne plus qu’il revienne en Côte d’Ivoire. Mais les Ancêtres ont décidé autrement en inspirant la majorité des juges (Cuno Tarfusser et Henderson), le 15 janvier 2019. Et le 31 mars 2021, le président GBAGBO et son  ministre Charles BLÉ GOUDÉ furent définitivement acquittés. Beaucoup d’entre nous, avions naïvement cru qu’on avait gagné et que c’était la fin. Force est malheureusement de constater que le Système n’a pas abdiqué. On observe trop de choses pas claires autour du président GBAGBO.

2. POURQUOI, DANS LE CAS DU PRÉSIDENT GBAGBO, LES EUROPÉENS RECONNAISSENT LE MARIAGE COUTUMIER ?

Le 5 décembre 2011, lors de sa première comparution, le président GBAGBO dixit: “Mme [la juge], je ne gouverne pas avec ma famille. Moi, je suis Chef de l’Etat, Président de la République, ma femme est députée.” En s’exprimant ainsi le 5 décembre 2011, le président GBAGBO a affirmé que sa femme est Simone EHIVET GBAGBO car ce fut elle la députée.

Force est de constater qu’après leur libération conditionnée, il fut reçu en Belgique en attendant l’appel de la Procureure. Fatou Bensouda. Et M. Didier Reynders, ancien ministre des affaires étrangères belge, justifie cette arrivée en ces termes : “C’est une demande de la cour [CPI] d’accueillir Laurent GBAGBO parce qu’il a de la famille en Belgique: Sa deuxième femme et un enfant à Bruxelles.”

Dans le document ICC-02 /11-01/15 du 7 octobre 2019, le point 62 de la page 18/22, Me Altit affirme que le “président GBAGBO est venu en Belgique pour rejoindre sa famille pour jouir de son plein droit à une vie familiale.”

3. COMMENT A-T-ON PU ENVOYER LE PRÉSIDENT GBAGBO SE FAIRE SOIGNER SI PRÈS DE L’AMBASSADE DE CÔTE D’IVOIRE À BRUXELLES ?

 Le président GBAGBO arrivé en Belgique, il devrait être suivi avoir un médecin ou se rendre dans un hôpital. Nous avions tous été témoins qu’il se rendit, le 5 décembre 2019, en compagnie de Mme Nady Bamba au Centre médical des Nations à Bruxelles. Ce centre est situé à deux (2) minutes à pied de l’Ambassade de Côte d’Ivoire à Bruxelles. Cela est étonnant d’autant plus que très peu des partisans du président GBAGBO ont pu le voir. Et ces derniers ont dû subir des “parcours de combattant” pour accéder au lieu de rendez-vous. Or en choisissant ce centre médical, qui est celui de tous les agents de l’ambassade de Côte d’Ivoire, c’est plutôt privilégier les militants du parti de M. Alassane Dramane OUATTARA, le RDR, à le rencontrer et donc le voir. D’autre part, la polyclinique Sainte Élisabeth, située à une dizaine de minutes est plus équipée que le centre médical Nation. Enfin difficile à comprendre. 

4. COMMENT M. ALASSANE DRAMANE OUATTARA SAVAIT-IL QUE LE PRÉSIDENT GBAGBO EST MALADE ?

Le 25 octobre 2020, M. Alassane Dramane OUATTARA, qui a violé la Constitution pour se présenter pour un troisième mandat, accorda une interview au quotidien français “Le Monde.” Répondant à une question du journaliste relative à la Constitution, il donne comme une raison de ce changement, il dit: (..) La troisième [raison], c’était la visite médicale qui aurait pu empêcher Laurent GBAGBO qui a des problèmes de santé. (…). “

En lisant cette phrase, on a l’impression que M. Alassane Dramane OUATTARA aime le président GBAGBO. La réponse est non. Car c’est lui qui a fait déporter le président GBAGBO. Mieux, il a fait venir des avocats pour enfoncer le président GBAGBO. D’ailleurs, la dernière intervention des avocats de la République date du 21 janvier 2020 (document ICC-02/11-01/15). Pire, M. Alassane Dramane OUATTARA, à travers ses avocats a refusé  la demande faite par la Défense du président GBAGBO (Document ICC-02/11-01 /11 du 21 octobre 2014) pour qu’il assiste aux obsèques de sa mère. Voir la réponse document ICC-02 /11-01-704-Conf-Anx3, page 9, points 13- 14.

Là n’est pas l’objet de notre sujet. La question est la suivante : Comment Alassane Dramane OUATTARA a su que “Laurent GBAGBO a des problèmes de santé.”? Qui, dans les coulisses de la CPI ou de l’entourage du président GBAGBO a livré cette information à M. OUATTARA ?

5. ENCORE D’AUTRES QUESTIONS QUE JE ME POSE

Nous savons depuis le jeudi 17 juin 2021, le président GBAGBO a foulé la terre de ses Ancêtres. De cette date à ce jour une série de questions me taraude l’esprit que je voulais partager avec vous.

Question 1: Pourquoi le choix de la date du 17 juin, quand on sait que le 20 juin la Première Dame Simone EHIVET GBAGBO avait son anniversaire, et un pagne fut même fait à son image par feue Mahély Ba ?

Question 2: À son arrivée,  le président GBAGBO, lors de son allocation a dit qu’il est mobilisé mais qu’on lui accorde le temps d’aller s’incliner sur la tombe de sa mère. Comment cette priorité fut mise en sourdine et c’est le divorce qui devient prioritaire ? Quel en était le degré d’urgence ?

Question 3: Le président GBAGBO dont la devise est “Asseyons-nous et discutons” n’applique pas cette maxime à lui-même ? Pire, comment le président GBAGBO peut-il dire à son avocat de diffuser à la presse nationale et internationale en premier lieu un texte belliqueux de divorce, en premier et de le diffuser sur le site du parti. En effet, dans le communiqué, il y mentionné “un divorce par voie de règlement appropriée à leurs statuts personnels et politique réciproques.” Cela signifie qu’en plus du divorce civil, il y a celui politique. Pourquoi le président GBAGBO, légaliste, peut demander à une camarade en dehors d’un cadre statutaire de quitter ou doit quitter le FPI?

Enfin, question 4: Le président GBAGBO a toujours fait savoir que c’est à son retour en Côte d’Ivoire qu’il s’exprimera. Il a fait une exception le 27 octobre 2020 dernier parce que la situation du pays était grave. Or le 17 juin 2021 dernier, un groupe de médias français dont Paris Match qui était à la pointe de la condamnation du couple GBAGBO, a fait le voyage reportage avec le président GBAGBO. Pourquoi ?!!!.

Avant de conclure, je voudrais faire un éclairage. Il faut restituer l’Histoire. Laurent GBAGBO est allé en exil de mars 1982 et reconnu comme réfugié politique en 1985 en France. C’est le 13 septembre 1988 qu’il va rentrer au pays. Les 19 et 20 septembre 1988, se tint le congrès clandestin constitutif du Front Populaire Ivoirien (FPI). À partir de ce congrès, après que le président Houphouët-Boigny ait convoqué Simone EHIVET et Laurent GBAGBO au palais, le couple est mis en résidence surveillé jusqu’au 30 avril 1990. Et c’est le plus discrètement que Laurent GBAGBO et Simone EHIVET se marient le 19 janvier 1989. C’est falsifier l’Histoire que de dire que le président GBAGBO aurait accepté un deal de mariage avant de s’unir avec Simone EHIVET.

CONCLUSION.

Le couple GBAGBO ne devrait pas survivre à ce qui s’est passé en 2010-2011 en Côte d’Ivoire. Mais tel ne fut pas le cas. Après ces échecs, d’autres possibilités de les éliminer non plus physiquement, mais de DÉCONSTRUCTIONS. Cela a commencé depuis un moment et se poursuit depuis le retour du Président Laurent GBAGBO le 17 juin 2021.

Des communiqués fabriqués dans laboratoires obscures qui seront attribués à l’un ou l’autre du couple vont inonder, s’ils ne l’ont pas encore fait. Il s’agit de nous mettre en palabre et de ne pas voir ou nous occuper des vrais problèmes. Le président GBAGBO et la première Dame Simone EHIVET GBAGBO sont dans leur collimateur. Ils veulent qu’on les vomisse.

Comme disait le président GBAGBO, le serpent n’est pas encore mort. Donc restons vigilants et lucides.

Si nous ne prenons garde, ce qui apparaît comme un problème de divorce cache, en réalité une DÉCONSTRUCTION de nos deux icônes Laurent et Simone E. GBAGBO.

L’HISTOIRE EST LE TRIBUNAL DES PEUPLES.  

Tapé GROUBERA

AKONDANEWS.NET

5/5 - (1 vote)
Partager:

Laisser un commentaire