Sénégal : des ressources animales diversifiées

Lecteur Audio

Les ressources génétiques animales utilisées pour la production alimentaire et l’agriculture au Sénégal, sont diverses et variées.

Au-delà de leur importance numérique, elles contribuent pour l’essentiel de la production nationale de viande et de lait du pays et représentent près de 95% de la viande et près de 50% du lait consommés. Les autres utilisations et fonctions des RGA portent sur la fourniture de force de traction et leur rôle d’épargne.

Vers une connaissance positive des espèces animales

A cela s’ajoutent les fonctions sociales jouées par les animaux. Les différentes espèces animales connaissent pour la plupart une croissance positive de leurs effectifs. Bien qu’on ne dispose pas de données d’inventaire précises sur les effectifs des différentes races animales au sein des espèces, les estimations faites sur la base de la distribution géographique des races, montrent également une évolution positive. Malgré cette diversité, les politiques et stratégies d’élevage ont pendant longtemps privilégié les bovins au détriment des autres espèces animales. Les espèces comme les petits ruminants et la volaille locale n’ont commencé à intéresser les projets de développement que récemment. Pour répondre à la demande croissante en produits animaux, les politiques et stratégies de développement de l’élevage accordent un accent particulier à l’intensification des modes de production de cheptel. Ces animaux exotiques sont utilisés soit en race pure ou en croisement. Les animaux de race pure sont exploitésdans des systèmes de production intensifs qui nécessitent de lourds investissements exotiques au niveau des populations animales locales, grâce à l’insémination artificielle, s’est développée ces dernières années sur l’espèce pour améliorer la production laitière et sur la volaille pour augmenter le format des poulets.

Un manque d’objectifs

Cependant, ces opérations de croisement manquent d’objectifs génétiques ; elles ne sont pas définies, ni planifiées. Si aujourd’hui, les effectifs concernés sont faibles, la diffusion incontrôlée de génies exotiques peut à terme, entraîner une érosion génétique au niveau des races locales et fragiliser les systèmes de production.

Akondanews.net

Mapote gaye

Votez ce post
Partager:

Laisser un commentaire