Changement climatique : des cultures vivrières menacées

Lecteur Audio

Les cultures vivrières sont menacées en Afrique. A l’origine, le changement climatique risque de faire chuter la production des cultures d’ici 2050, nous informe le fonds international de développement agricole.

Le changement climatique hante le sommeil du continent africain. Il risque de parasiter la production des cultures vivrières en Afrique. C’est du moins ce qu’alerte le fonds international de développement agricole. « Cette situation pourrait avoir un effet catastrophique sur la pauvreté et les disponibilités alimentaires, à moins que des fonds ne soient affectés de toute urgence pour aider les agriculteurs vulnérables à s’adapter, tant sur le plan de leurs méthodes que des produits qu’ils cultivent » prévient l’institution financière internationale des nations-Unies. A cet effet, le Fida alerte les africains pour une éventualité qui pourrait arriver. Pour les responsables de cette institution internationale, « les dirigeants mondiaux doivent à continuer de donner la priorité aux mesures d’atténuation et de négliger les investissements dans l’adaptation aux changements climatiques ». Dans le rapport du Fida, il est écrit noir sur blanc que « si aucun changement n’est apporté aux pratiques agricoles, l’augmentation des températures de 2°C aura des répercussions dévastatrices sur le rendement des cultures de base et de rente que plantent les petits exploitants agricoles dans certaines régions d’Afrique ». A cet effet, plusieurs pays doivent davantage faire des efforts. On cite dans le rapport, l’Angola, le Lesotho, le Malawi, le Mozambique, l’Ouganda, le Rwanda, la Zambie et le Zimbabwé. Une chose est certaine. Les effets des changements climatiques entraîneront à coup sûr des modifications un peu partout en Afrique. Aucun pays ne peut échapper. Il va falloir prendre les devants avant qu’il ne soit tard.

Mapote Gaye

Akondanews.net

Votez ce post
Partager:

Laisser un commentaire